le 1 octobre 2020
Publié le 13 décembre 2020 Mis à jour le 18 janvier 2021

Première rentrée pour CY Tech, école d’ingénieurs post-bac publique pionnière en Île-de-France

Implantée à Cergy et à Pau, CY Tech réunit l’EISTI (école d’ingénieurs de référence fondée en 1983 spécialisée dans les mathématiques appliquées, l’informatique et la finance) ainsi que l’UFR Sciences et Techniques et l’UFR Économie et Gestion de l’Université de Cergy-Pontoise, devenue en 2020 CY Cergy Paris Université.

CY Tech, la grande école en sciences, ingénierie, économie et gestion de CY Cergy Paris Université dirigée par Radjesvarane Alexandre, repose sur 3 piliers :
  • la recherche qui apporte un socle scientifique solide se basant sur le potentiel d’environ 270 enseignants-chercheurs, 240 doctorants, répartis au sein de 13 laboratoires de recherche dont 8 UMR CNRS ;
  • la mission d’accompagner élèves, entreprises et décideurs aux enjeux de la transition digitale, écologique et sociétale. CY Tech aborde ces préoccupations comme support pédagogique d’un apprentissage responsable du monde de demain dans lequel les étudiants évolueront et auquel ils aspirent ;
  • une pédagogie « by design » , par des projets interdisciplinaires qui construisent des solutions intégratives répondant à ces enjeux de la transition et en particulier des 17 Objectifs de Développement Durable (ODD). En complément du socle disciplinaire et aux projets par le design, des enseignements transversaux communs à l’ensemble de ces disciplines sont regroupés sous l’intitulé « humanités » (langues, culture, entrepreneuriat, philosophie, responsabilité sociétale, etc.) au sein du pôle Humanités & Design de l’école.
L’offre de formation des filières ingénieurs de CY Tech s’articule autour des spécialités Génie civil, Biotechnologie-Chimie, Informatique et Mathématiques appliquées (accréditations par la Commission des Titres d’Ingénieur-CTI), en sus des masters, d’une offre de formation continue (masters spécialisés, Diplômes Universitaires-DU), d’un bachelor international d’excellence sur 4 ans en anglais, ainsi que d’une offre doctorale. Tous les étudiants des filières ingénieurs de CY Tech sont sensibilisés à la recherche, la valorisation et l’entrepreneuriat.

En accueillant en septembre 2020, dès sa première rentrée, 480 étudiants pré-ingénieurs niveau post-bac ainsi que 440 élèves-ingénieurs de 1ère année niveau post-prépa, CY Tech se positionne d’ores et déjà à ce jour comme la première école d’ingénieurs post-bac publique d’Île-de-France.

Avec pour ambition de devenir une grande école internationale de premier rang, CY Tech disposera au printemps 2021 de son propre concours de recrutement post-bac pour son cycle pré-ingénieur, en prévision de la rentrée 2021, ce qui permettra d’amplifier la croissance de ses effectifs.
 

All Aboard Engineering (AAE), challenge de rentrée de CY Tech, met plus d’une centaine d’équipes étudiantes en mode projet

Début septembre 2020, crise sanitaire oblige, les 440 étudiants du challenge AAE 2020 ont fait preuve d’adaptabilité et d’agilité en participant aux épreuves 100 % en distanciel sous la houlette de leurs 21 tuteurs. La problématique du challenge est de concevoir un dispositif de protection contre les transmissions d'agents pathogènes en milieu professionnel. Dans le cadre de cette intégration par pédagogie faisant appel à l’intelligence collective, chaque équipe redouble de créativité pour livrer en deux jours un dossier technique, une vidéo de promotion ainsi qu’une grille d'autoévaluation. Trois tables rondes liées au challenge ponctuent l’événement.
A l’issue de ce rendez-vous fédérateur, le bilan est excellent avec 800 publications, 1250 réponses et plus de 12 Go de données échangées sur les plateformes collaboratives. Cerise sur le gâteau : 389 étudiants ont évalué leurs connaissances en développement durable en passant le Sulitest, Sustainability Literacy Test, outil de sensibilisation utilisé à l’international.
 

À propos de CY Cergy Paris Université

CY Cergy Paris Université est née de l’union de l’université de Cergy-Pontoise et de l’EISTI ; elle intègre en outre deux établissements composantes, l’ILEPS et l’EPSS. Partenaire stratégique, l’ESSEC Business School, y est associée par décret dans le cadre d’une gouvernance collective forte et d’une ambitieuse feuille de route financée par l’I-SITE « CY Initiative ». En outre, CY Cergy Paris Université est l’établissement pilote de la politique de site concrétisée par l’association de l’ESSEC et de 9 autres écoles au sein de « CY Alliance ». Depuis le 1er janvier 2020, CY Cergy Paris Université est organisée en un collège universitaire des premiers cycle « CY SUP » et de 4 graduate schools : CY Tech, Arts et Humanités, Education, Droit et Science Politique, l’ESSEC étant la 5e graduate school du site.
 

À propos de Radjesvarane Alexandre, directeur de CY TECH

Né en 1966, docteur en mathématiques appliquées* et agrégé de mathématiques, Radjesvarane Alexandre démarre sa carrière dans l’enseignement supérieur en 1993 à l’Université Paris VII. De 1996 à 2006, il enseigne dans plusieurs écoles d’ingénieurs. Il est Maître de conférences à l’Université d’Orléans de 1994 à 2003, où il obtient l’Habilitation à diriger des recherches (HDR) en 2000, puis à partir de 2004 à l’Université d’Evry, avant de rejoindre en tant que Professeur des Universités à l’ENSAM, l’École Navale de Brest où il exerce de 2007 à 2013. Il y co-dirige l’IRENav (Institut de Recherche de l’École Navale) de 2007 à 2011. À compter de 2010 et jusqu’en 2013, il est également Chair Professor de Shanghai Jiao Tong University – Department of Mathematics et Institute of Natural Sciences. Son parcours reste ensuite marqué par l’international. En 2013, il devient Délégué à l’enseignement et aux relations internationales de ParisTech avant de prendre la fonction de Directeur de la Recherche, Innovation et Transfert Technologique, en 2016 à l’USTH – Vietnam France University à Hanoï, poste qu’il occupait avant son arrivée à l’EISTI.
Radjesvarane Alexandre a occupé brièvement la fonction de directeur académique avant de devenir directeur général de l’EISTI le 1er janvier 2019.

*Ses travaux de recherche portent principalement sur l’analyse mathématique des équations aux dérivés partielles, dont une partie autour des équations cinétiques, en collaboration avec Cédric Villani.